Durant cette année scolaire 2020-2021, l’association Tous Tes Possibles s’est associée au Diplôme Universitaire (DU) Passerelle de l’Université de Bourgogne pour réaliser un accompagnement à la construction du projet professionnel de 40 étudiants réfugiés.

Le 1er juillet dernier avait lieu leur remise de diplôme et à cette occasion nous aimerions revenir plus en détails sur l’accompagnement qui leur a été dispensé et ses retours.

Le contenu de la formation

Le DU Passerelle propose une formation en français langue étrangère à des étudiants réfugiés non francophones.

Le programme du DU comprend :

  • des cours intensifs de français : 20h de cours par semaine pendant 1 ou 2 ans.
  • des activités culturelles pour favoriser l’expression et la découverte de la société française.
  • un accompagnement associant un étudiant de l’Université de Bourgogne et un étudiant inscrit dans le DU afin de favoriser l’insertion sociale et le partage d’expériences et de connaissances.
  • des modules dédiés à la finalisation du projet universitaire et professionnel.

L’association Tous Tes Possibles a notamment apporté son expertise pour solidifier et rendre plus efficace ce dernier volet.

Définir un projet professionnel

Deux coachs en insertion professionnelle ont ainsi accompagné les étudiants.

La première étape a consisté à faire un bilan professionnel et personnel pour chaque étudiant en individuel. Cette étape très importante, permet de dégager les talents des personnes et de les faire prendre conscience de leurs points forts et difficultés. Ensuite, les étudiants ont commencé à élaborer des pistes de projet qu’ils ont validé ou non par des stages d’une semaine en entreprise. Les stages ont suscité un engouement très fort parmi les étudiants. Cette expérience leur a donné confiance et les a aidé à se projeter dans l’avenir. La plupart n’avait pas d’expérience professionnelle en France donc c’était une découverte du monde de l’entreprise en plus d’une découverte métier. Parmi les 40 étudiants accompagnés, 75% ont défini leur projet professionnel et les étapes pour y parvenir. Le taux de projets encore à définir est de 12,5% et le taux d’abandon est de 12,5%.

La dernière partie du programme était la mise en Å“uvre des projets des étudiants : chercher un emploi, s’inscrire à une formation initiale ou continue. Cette étape a provoqué du stress chez les étudiants surtout pour ceux qui envisagent de reprendre des études ou une formation. Il a fallu faire des dossiers de candidatures, inscrire certains étudiants sur ParcourSup, voir avec Pôle Emploi pour le financement de formation continue…

A cette étape l’accompagnement est indispensable du fait de la variété des formations et de la complexité du système et des voies d’accès.

le retour d'experience des etudiants réfugiés

Dans l’ensemble, les étudiants sont très motivés pour progresser en langue et avancer dans leur projet mais ils sont peu autonomes notamment parce qu’ils maîtrisent peu l’outil informatique, les techniques de recherches d’emploi/stage et les codes de la société française. Beaucoup d’étudiants sont complexés par leur niveau de langue et ont peur de s’adresser directement à un employeur. 

la maitrise de l'OUTIL INFORMATIQUE : un réel enjeu

Pendant toute la durée du programme, les étudiants ont suivi des cours d’informatique. En effet, au début du programme 55% des étudiants avaient une maîtrise très faible de l’ordinateur et seulement 47% des étudiants étaient équipés d’un ordinateur. Or, aujourd’hui, pour être autonome dans sa recherche d’information, ses démarches administratives et la recherche d’emploi, c’est un outil indispensable. A la fin de l’année, les étudiants ont progressé mais pas suffisamment pour être autonomes.  

Les défis à relever

Les DU Passerelle sont un très bon levier d’intégration culturelle, professionnelle et académique. Il y a donc un enjeu à trouver des financements pour les pérenniser et ouvrir d’autres DU Passerelle dans les universités qui n’en ont pas. 

En plus du travail des services d’orientation des établissements, les étudiants des DU Passerelle ont besoin d’un accompagnement spécifique et renforcé pour construire leur projet professionnel et le mettre en œuvre. 

Aujourd’hui, les DU Passerelle rassemblés dans le réseau MENS unissent leur voix pour dire que Parcoursup ne semble pas adapté aux étudiants réfugiés. Leurs dossiers sont perdus parmi une masse de candidatures et l’algorithme de la plateforme ne favorise pas ces parcours originaux. Plusieurs établissements tentent de mettre en place des accès dérogatoires pour leurs étudiants. Leur dossier est alors examiné par une commission ou le responsable de la formation.

Au final notre accompagnement couplé à celui du DU Passerelle a démontré que les stages courts sont très importants dans la construction du projet professionnel. 

De même un accompagnement global mêlant français, activités culturelles et sociales et travail sur le projet professionnel sur un temps long est une des clés de la réussite.

Photos prises lors de la remise des diplômes par Marion Guillot.

L’aide à domicile est un secteur qui tend à se développer au cours des prochaines années. En effet, les besoins en services d’aide à domicile sont en corrélation avec le vieillissement de la population.

L’aide à domicile, définition

De manière générale, l’aide à domicile désigne toute action permettant d’accompagner et d’aider les personnes fragilisées dans leur vie quotidienne. L’aide à domicile comprend par exemple :

  • L’entretien de la maison (aide-ménagère, lessive, repassage…),
  • L’aide à la vie quotidienne (préparation des repas, portage des repas, courses),
  • Des actes essentiels de la vie quotidienne (toilette),
  • Des prestations d’ordre administratif (démarches à la poste ou à la banque).

Il ne faut pas oublier la dimension relationnelle qui est très importante ! Vous n’êtes pas seulement là pour accompagner une personne dans les tâches qu’elle ne peut plus assumer seule, l’aide à domicile est aussi une compagnie.

Les avantages du secteur de l’aide à domicile

1. Des emplois valorisants

Les métiers de l’aide à domicile sont des métiers où vous vous sentez avant tout utile. Accompagner une personne en situation de fragilité est très valorisant, cela vous permet de participer grandement à l’amélioration de la qualité de vie des personnes que vous accompagnez.

Ces personnes (et leurs familles) sont bien souvent reconnaissantes du travail que vous faites et vous le font savoir ! Travailler dans l’aide à domicile, c’est avant tout une belle aventure humaine.

2. Une demande forte

Comme vous avez pu le comprendre en introduction, le secteur de l’aide à domicile est un secteur en pleine évolution et fait face à de gros besoins de recrutement.

Au-delà de l’accompagnement de personnes âgées, il est parfois difficile de trouver un moyen de faire garder son ou ses enfants, certains modes de vie laissent peu de temps pour les tâches ménagères… Bref, il y a tout un tas de raisons pour lesquelles faire appel à une aide à domicile. Il est donc normal de voir les besoins augmenter.

Qui dit augmentation des besoins, dit augmentation des recrutements !
Prenons l’exemple de la Meurthe et Moselle où le besoin en recrutement dans le secteur de l’aide à domicile est important. Il est estimé à environ 400 postes sur l’ensemble du département pour répondre aux besoins du maintien à domicile.

3. Des évolutions de carrière possibles

Dans une carrière d’aide à domicile, il est courant de rencontrer et d’accompagner des publics différents. Il vous sera alors possible de vous spécialiser dans l’accompagnement des personnes âgées, des personnes à mobilité réduite ou des jeunes enfants par exemple. Il est également possible, après quelques années d’expériences et une formation supplémentaire, de vous tourner vers des métiers d’encadrement.

4. Pas de diplôme requis

Le secteur de l’aide à domicile est un secteur qui met l’expérience en avant. Ainsi, il est possible de devenir aide à domicile sans avoir obtenu de diplôme au préalable. Il est tout de même conseillé d’avoir au minimum un BEP ou un CAP dans le domaine sanitaire et social si vous souhaitez une rémunération plus attractive.

Notre engagement

Notre association, Tous Tes Possibles, a également à cœur de valoriser le métier d’aide à domicile, d’autant plus précieux aujourd’hui avec la crise sanitaire, et le vieillissement constant de la population.

C’est pourquoi au mois de mai 2021, nous avons accompagné 20 bénéficiaires RSA en Meurthe et Moselle désireux de travailler dans les métiers de l’aide à domicile.

Pendant 1 semaine et avec le soutien du Conseil départemental de Meurthe et Moselle, ils ont pu bénéficier gratuitement d’une formation intense sur les bonnes pratiques dans le métier d’aide à domicile et la prévention des risques physiques et psychiques.

Une fois cette formation terminée, nos candidats sont mis en relation avec des employeurs du secteur du prendre soin pour favoriser leur immersion dans une entreprise et la signature d’un contrat de travail.

Nous souhaitons pour la suite étendre ce type de dispositif à d’autres métiers du secteur ou bien à d’autres secteurs comme l’agriculture, le BTP, etc.

Diriger une entreprise et être son propre patron en fait rêver plus d’un. Mais derrière la vision parfois clichée de l’entrepreneur charismatique et à succès, se cache parfois une toute autre réalité.

LUTTER CONTRE LA SOLITUDE DE L'ENTREPRENEUR

La période actuelle l’a montré encore plus, beaucoup d’entrepreneurs et plus particulièrement d’auto-entrepreneurs peuvent se sentir très seuls face aux obstacles du quotidien.

Pour autant il est important de réaliser que l’entrepreneur ne doit pas tout le temps être un surhomme ou une wonder woman. C’est un être humain comme nous, qui a ses forces mais aussi ses faiblesses et porter un projet tout seul à bout de bras, ce n’est pas toujours évident.

Alors voici 3 conseils pour lutter contre la solitude de l’entrepreneur :

  1. Prendre du temps pour soi

A trop vouloir en faire et à ne jamais décrocher de son travail, c’est la dépression et le burnout assuré. Pratiquer une activité sportive seul (ou collective en visio) comme du yoga, de la méditation, du renforcement musculaire, jardiner ou bien s’aérer régulièrement dans un rayon de 10km autour de chez soi, vous permettront de faire le plein de bonnes énergies, et d’éviter de passer toutes vos pauses sur votre smartphone.

  1. Avoir un bon équilibre entre vie professionnelle et personnelle

Votre entourage aussi a ses problèmes et a besoin de petits moments d’attention (même votre chat ou chien en a besoin), alors même si ce n’est que quelques minutes par jour, prenez le temps de partager des instants de qualité avec eux (et mettez votre portable en mode avion à ce moment-là).

  1. Rencontrer d’autres entrepreneurs

Même en temps de covid, il existe toujours de nombreuses façons de développer son réseau et de rencontrer d’autres entrepreneurs (séminaires digital, webinaires, networking etc.)

Source : netPME

Parce que les entrepreneurs sont des hommes et des femmes comme les autres, il est important de les soutenir, et de leur donner toutes les clés pour réussir.

Vous souhaitez entreprendre et être accompagnés pour le faire ?

Le problème est que vous n’avez pas encore d’idée de projet bien précis ?

Nous vous proposons un programme d’accompagnement en ligne 100% offert mêlant suivi individuel et ateliers collectifs, pour vous aider à trouver un projet qui vous correspond, et ensuite le développer.

Faites partie de notre prochaine promotion Tous Tes Possibles qui commence le 10 mai prochain.